Il y a des choses qui sont comme d'autres parties de moi. Qui n'ont l'air de rien mais que j'adore, dont je n'aimerais pas me séparer. J'aurais tellement d'exemples. Mes écouteurs, mon porte-clef qui s'accroche au sac Eastpak, mon vieux doudou que je laisse traîner dans un coin depuis longtemps, une photo de classe datant d'un certain nombre d'années, mon cerveau - hum , etc... Plein-plein de choses, dont... Mon vélo.

Mon vélo, mon beau vélo, mon fidèle vélo, mon grand vélo, mon vélo passe-partout, mon vélo à qui je raconte mes secrets les plus profonds... Oubliez immédiatement cette dernière proposition.

Oui, s'il y a bien un truc que j'adore, c'est faire du vélo. Si je peux je fais. Pour moi c'est simple : Vacances avec balades en vélo = Balades en vélo pour les vacances. Sortie vélo avec la famille = "Râh mais si seulement ils pouvaient se bouger un peu, ceux-là" . Descente = Youuhouuu. Montée = Youuhouuu. Matinée de cours ensoleillée avec l'été qui approche = Pas question de moisir dans un tramway. Ah ben, c'est justement d'une matinée comme ça que je veux vous parler.

Ce matin était un beau matin. Je m'étais levé de bon matin. Cause lycée. Ce matin-là (il faut que j'arrête avec ce mot) , j'enfourche ma neuvième moitié (réfléchissez bien à cette expression.) , et je commence à filer à travers les rues. Tranquillement.

*Voup' voup', zuiiiiiiiiip', roul' roul' roul '.*

J'approche de ma [...] destination. Seulement, même avec la musique dans les oreilles, je me rends compte que Lui, il fait un bruit bizarre. Je ralentis un peu, il y a bien une sorte de frottement par terre. Mes oreilles n'en croient pas leurs oreilles, alors je regarde un coup en-dessous de moi, et là, horreur. Mes yeux n'en croient pas leurs yeux.

"Il... Il est en train de me lâcher", me dis-je. Et c'était vrai. Mes yeux grands comme des assiettes fixaient une roue arrière en train de se dégonfler. Dans ma tête ce fut le grand "NOOOOOONNNNNN !!!! " . <-- Ça ressemblait à différentes scènes de film dans lesquelles on peut trouver des exclamations de ce style, je vous laisse en imaginer quelques unes, en revanche que personne ne me cite "Star Wars" ou "Le Roi Lion" please, c'est trop classique.

Je suis au moins arrivé à ma [...] destination quand Lui allait totalement m'abandonner. Je l'accroche, tout est bon, j'y suis. Mais évidemment, je me doute bien que c'est le retour, deux heures plus tard, qui se doit de poser problème. Pas de vélo dans le tram' , pas de vélo sur le vélo à moins de vouloir bousiller mes jantes en plus du pneu à plat. Je sens venir le destin... Le trajet à pied.

Bref.

Je pense que je vais divorcer avec mon vélo. Ce traître. Cet infidèle.